COUCHER DE SOLEIL LUNAIRE

Voici une région souvent observée, mais dans laquelle on découvre à chaque fois de nouveaux détails. La mosaïque de trois images au Mewlon 250 montre Le cratère Archimède, « l’un des plus beaux et des plus réguliers qu’on puisse observer dans la Lune » comme l’écrit l’abbé Moreux dans son « Etude de la Lune ».

La plaine intérieure comparée à un miroir par Maedler est lisse, saupoudrée de petits craterlets et traversée de traînées blanchâtres qui divisent l’intérieur en 7 zones (les percevez-vous ?)

Ses remparts par contre, présentent de nombreuses terrasses avec des sommets dont le plus élevé, au S.E. culmine à 2210 mètres.

Au S.W. on voit le petit cratère Beer, avec une catena dirigée vers l’E.

Aristille, au N.E. a, au contraire, un fond très tourmenté, de même que ses remparts, et un piton central multiple. Les éjectats se prolongent en toutes directions et on peut y remarquer au N.W. un cratère fantôme innominé dans le GRÜND comme dans l’AVL de Patrick Chevalley.

Autolycus, au S. d’Aristille, a des remparts élevés, avec un sommet de 2700 mètres à l’E. Non loin de celui-ci, en direction d’Archimèdes, est tombée Luna 2 le 13 Septembre 1959.

Plus à l’E, on trouve la Rimae Fresnel et au S. de celle-ci la rainure Hadley, contre les Apennins et à l’extrémité du Marais de la Putréfaction qui, lui, présente des zones sombres.

Cette vue présente bien d’autres détails, Rimae notamment, à découvrir.

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.